Affichages : 131

Notre soleil et le vrai soleil

[Article de W.Q. Judge, publié en anglais dans la revue le Path de février 1890.]

Si nous considérons combien l’on sait peu de chose au sujet du soleil et de notre système solaire, nous ne nous étonnerons pas qu’il en soit encore plus ainsi du vrai soleil. Évidemment, la science se moque du « vrai soleil » du mystique, car elle n’en voit point d’autre que celui qui brille dans le ciel. Les savants prétendent au moins connaître ce dernier, car il se lève et se couche chaque jour, et il peut être plus ou moins observé lors des éclipses, ou lorsque des tâches apparaissent. Avec leur audace habituelle, les astronomes du dix-neuvième siècle parlent, sans rien connaître, de cet astre puissant, tout en vouant les idées anciennes à son sujet aux les limbes de la superstition stupide. Ce n’est certes pas aux écoles modernes que je m’adresserais pour m’instruire sur ce point, car selon moi, et si présomptueux que cela puisse paraître, elles ne connaissent pas grand-chose de la Lune ou du Soleil.

En lire plus
Affichages : 73

Etudes dans la Lumière sur le Sentier - Quatre grandes idées

[Cet article est traduit du Theosophical Mouvement Vol. XXIX]

OBSERVE ARDEMMENT TOUTE LA VIE QUI T’ENVIRONNE. Comment apprendrons-nous à vivre comme il le faudrait ? Qu’est qui différencie l’homme qui appartient au monde, l’homme qui appartient à la religion et l’homme qui appartient à l’Esprit ? Le premier observe ardemment la vie qui l’entoure, comme une personne a de la considération pour d’autres personnes, non pas comme si cela devait le rendre capable de comprendre la vie.

En lire plus
Affichages : 89

Unité, Étude, Travail

[Article paru dans la revue Théosophie, de mars 1929, Paris]

La grande tâche de la Théosophie consiste à changer le mental de l’humanité, car le mental est actuellement enchaîné par les sens et les passions. La vraie fonction du mental c’est d’être enchâssé dans l’âme, et de contrôler les sens et maîtriser les passions.

En lire plus
Affichages : 171

L’Altruisme de La Doctrine Secrète

[Traduction du chapitre “Altruism of The Secret Doctrine, de B.P. Wadia – Éd. Theosophy Compagny Mumbai, Inde]

Dans les études précédentes, nous avons vu comment une approche juste des écrits d’H.P. Blavatsky [H.P.B.] développe la faculté de l’intuition et déploie ainsi cette perception du mental qui nous permet de voir les principes universels qui sont cachés dans une myriade de principes particuliers et en même temps en sont leur base. La Doctrine Secrète enseigne à ses élèves comment se servir correctement de leur cœur et aussi de leur tête. La purification et l’illumination à la fois du cœur et du mental sont le résultat de l’étude correcte du livre, mais pas avant qu’un troisième facteur n’entre aussi en jeu.

En lire plus
Affichages : 125

Quelques conseils prudents

[Cet article fut publié pour la première fois par M. Judge dans la revue américaine The Path de juillet 1893, sous le pseudonyme de Rodriguez Undiana.]

N’émettez pas d’opinions qui tendent à mêler la Société Théosophique [ou le Mouvement Théosophique en général] à une croyance religieuse, à une théorie politique, à l’observance ou non d’une coutume sociale.

Méfiez-vous du principe que les riches, ou ceux qui, dans la vie sociale, requièrent la Théosophie au même titre que les classes plus humbles, doivent être l’objet d’attentions spéciales, alors qu’ils négligent ou refusent  ouvertement d’aider la Société par leurs dons en argent et leur travail.

En lire plus
Affichages : 124

Hypocrisie ou ignorance

(Article paru dans la revue The Path de décembre 1891. Traduit en français dans le revue Théosophie – Vol. III – N° 10)

Certains membres de la Société Théosophique s’exposent à être accusés d’hypocrisie ou d’ignorance en ce qui concerne leurs propres fautes et faiblesses. Il en est qui, après avoir étudié la littérature du mouvement et avoir accepté la plupart de ses doctrines, parlent à leurs confrères ou aux profanes, comme s’ils avaient eux-mêmes atteint le but du renoncement et de la connaissance universelle, alors qu’en les observant, on s’aperçoit que ce sont des êtres humains ordinaires.

En lire plus