Caroussel : W.Q. Judge

L’Océan de Théosophie

La Théosophie est cet océan de connaissance qui s'étend d'une rive à l'autre de l'évolution des êtres sensibles : insondable dans ses parties les plus profondes, elle donne libre cours aux plus grands esprits, tout en étant assez peu profonde sur ses bords pour ne pas accabler l'entendement d'un enfant. Elle est la sagesse concernant le divin, pour ceux qui croient qu'Il est toute chose et en tout, et la sagesse concernant la nature. […] Quoique le terme Théosophie contienne par étymologie le mot « Dieu », et puisse sembler à première vue n'embrasser que la religion, ta Théosophie ne méconnaît pas la science car elle est la science des sciences; aussi est-elle appelée la Religion-Sagesse. Car aucune science n'est complète si elle laisse de côté un seul domaine de la nature visible ou invisible et une religion qui, ne dépendant que d'une prétendue révélation, se détourne des choses et des lois qui les régissent, n'est qu'une illusion, un ennemi du progrès, un obstacle dans la marche de l'homme vers le bonheur. Embrassant à la fois la science et la religion, la Théosophie est une religion scientifique et une science religieuse.

La Théosophie n'est ni une croyance ni un dogme formulé ou inventé par l'homme ; c'est la connaissance des lois qui gouvernent l'évolution des constituants physiques, astraux, psychiques et intellectuels de la nature et de l'homme.

L'humanité croit en général que l'homme possède une âme immortelle. La Théosophie ajoute à cela que l'homme est une âme, que la nature entière est sensible, que l'immense variété des objets et des hommes n'est pas faite de simples groupements d'atomes fortuitement rassemblés et qui ainsi, sans loi, développent eux-mêmes la loi, mais que jusqu'au plus petit atome tout est âme et esprit en perpétuelle évolution sous le règne de la loi inhérente au tout. Comme les anciens, la Théosophie enseigne que le cours de l'évolution est le drame de l'âme et que la nature n'existe que pour son expérience. Le théosophe affirme qu'il doit exister des êtres dans l'univers dont l'intelligence dépasse la nôtre autant que la nôtre surpasse celle du scarabée et que ces êtres jouent un rôle actif dans le gouvernement de l'ordre naturel des choses. Le théosophe va plus loin : éclairé par la lumière qui provient de la confiance en ses Maîtres, il ajoute que ces intelligences furent jadis humaines, et qu'elles proviennent, comme nous tous, d'autres mondes antérieurs au nôtre où elles ont acquis une expérience aussi variée que celle qu'on peut obtenir sur celui-ci.

L'homme est à lui-même son propre sauveur et son propre destructeur.

Epitomé de Théosophie

L'Esprit [dans l’homme] ne peut devenir le régent que lorsque l'homme reconnaît fermement, ou admet, dans sa nature intellectuelle, que LUI seul existe. Il n'est pas seulement la personne en cause mais aussi le Tout, et l'égoïsme doit avoir été entièrement éliminé de la nature inférieure, avant que puisse être atteint cet état divin de l'Esprit. Aussi longtemps que subsiste le plus petit désir personnel ou égoïste - fût-ce même de succès spirituel pour notre profit personnel - le but escompté reste hors d'atteinte.

Les Lettres qui m’ont aidé

Notre devoir est de ne jamais considérer ce dont nous sommes capables, mais de faire ce qui se présente à nous, quelle que soit notre capacité et quelque imparfait que notre travail puisse paraître aux yeux des autres. Lorsque nous nous arrêtons à examiner notre faiblesse, nous pensons, par comparaison, à la manière dont un autre agirait. Notre seul droit réside dans l'action elle-même. […] Nous ne vivons point selon les possibilités les plus élevées de notre âme. Tout ce qui nous empêche de retrouver les hautes pensées du lointain passé vient de notre propre faiblesse et n'est l'œuvre de personne d'autre. […] La vraie démarche, naturellement, c'est d'aller vers l'Amour — l'Amour du Divin et de tous les êtres.

Si nous vivons dans notre cœur, nous avons bientôt la preuve que le temps et l'espace n'existent pas. Rien d'étranger au Maître n'y pénètre et nos fautes ne s'y trouvent pas. Le cœur L'atteint toujours, et il n'y a pas de doute qu'Il réponde. Il répond, je le sais. Il nous aide tout en nous laissant à nous-mêmes.

Les doutes viennent tous de la nature inférieure et jamais, en aucun cas, de la nature supérieure. C'est pourquoi, à mesure que notre dévotion augmente, nous devenons capables de saisir de plus en plus clairement la connaissance qui réside dans ce qui en nous tient de [la qualité de la Lumière]. Car il est dit, dans le Bhagavad-Gîtâ : « Celui qui est parfaitement consacré (ou qui persiste dans cette discipline) verra, dans le cours des temps, la connaissance spirituelle jaillir spontanément en lui ». Et encore : « L'homme au mental plein de doute ne jouit ni de ce monde, ni de l'autre (le monde des dévas), ni de la béatitude finale. » 

Celui qui prend la résolution [d’entrer véritablement sur le Sentier spirituel] crée par là même un lien [avec la Loge des Maîtres] qui se fonde dans la Loi la plus haute. Ce n'est pas une chose qui devrait se faire à la légère, car ses conséquences sont graves par nature. Graves, non par des perspectives de désastres, de tourments redoutables ou autres calamités, mais en considération de la clarté et de l'éclat des rayons de la Vérité que nous désirons voir nous atteindre.

Ne permettez pas au découragement d'entrer en vous. Il faut du temps pour toute croissance, tout changement et tout développement. Laissez le temps accomplir son œuvre parfaite et ne l'arrêtez pas.

[Le but du Mouvement Théosophique est] d’essaimer par toute la terre des hommes et des femmes larges d'idées, libres et forts pour le travail d'aide au monde. […] Nous travaillons pour les cycles et siècles à venir. Ce que nous faisons maintenant dans cet âge de transition. […]  Ce n'est pas en vue d'une organisation particulière des proches années à venir que nous œuvrons, mais pour provoquer un changement dans le Mental [Manas] et l’Âme spirituelle [Buddhi] de l’humanité. C'est pourquoi, même si l'œuvre peut paraître vague et imprécise, elle est néanmoins très définie et d'une portée immense.

La connaissance doit être obtenu en y apportant tous ses soins, avec un motif pur. […] Veillez autant que possible à ce que l'esprit partisan soit au plus bas, et que le motif principal soit le bien, une loyauté constante et le travail. Et ne rejetez personne de votre cœur. […] « Cherche donc cette dévotion mentale qui pousse à donner. Car, dans la Loi, il est écrit que nous devons tout donner sous peine de tout perdre ; de même que tu as besoin d'aide mentale, ainsi en est-il des autres qui errent dans les ténèbres en quête de la lumière. »

Rapprochons-nous tous ensemble par la pensée et par le cœur, l'âme et l'action, et essayons ainsi de créer cette vraie fraternité grâce à laquelle, seulement, pourra se faire le progrès universel et individuel.

Il vaut mieux poursuivre son devoir, et s'abstenir d'essayer de répertorier et mesurer ses progrès. La totalité de notre progrès se trouve dans notre nature intérieure, et non dans notre nature physique à laquelle appartient notre cerveau, et d'où provient la présente question. Le progrès physique apparent est évanescent. […] Si nous n'avons pas laissé l'homme intérieur nous guider, le bilan naturel qui sera porté à notre compte sera pour nous nul — un "échec". […] La plus grande aide vous viendra maintenant de la concentration sur le Soi Supérieur, et de votre aspiration vers le Soi Supérieur.

Caroussel : H.P. Blavatsky

Message I

[La Théosophie] permettra d'établir, sur une base solide, une organisation qui laissera une large latitude à la liberté et à l'effort individuels dans la cause commune — l'aide à l'humanité — tout en stimulant des sentiments de sympathie fraternelle, d'unité sociale et de solidarité.

[Qu’aucun Théosophe] n'institue une papauté au lieu de Théosophie, car ce serait suicidaire — et cela s'est toujours terminé par un désastre. Nous sommes tous des compagnons d'étude, plus ou moins avancés ; mais aucun membre de la Société Théosophique ne peut prétendre être plus qu'un instructeur-élève ayant le moindre droit de dogmatiser.

[On] ne devrait jamais être oublié, pas plus qu'on ne devrait perdre de vue le fait suivant : le jour où la Théosophie aura accompli sa mission la plus sainte et la plus importante, celle d'arriver à unir solidement par un lien d'amour fraternel un groupe d'hommes de toutes les nationalités, déterminés à se consacrer à un travail purement altruiste, et non pas à une œuvre aux motifs égoïstes, alors seulement la Théosophie s'élèvera au-dessus de tout autre groupe de prétendue Fraternité humaine. Ce sera en vérité un prodige et un miracle : miracle dont l'humanité attend en vain la réalisation depuis dix-huit siècles, et qu'aucune association n'a pu accomplir jusqu'à ce jour.

L'essence de la Théosophie consiste dans l'harmonisation parfaite du divin et de l'humain dans l'homme, dans l'adaptation de ses qualités et de ses aspirations divines et dans leur triomphe sur ses passions animales ou terrestres. La bonté, l'absence de tout mauvais sentiment et de tout égoïsme, la charité, la bonne volonté envers tous les êtres, et la justice parfaite envers les autres comme envers soi-même, sont ses caractéristiques capitales. Celui qui enseigne la Théosophie, prêche l'évangile de la bonne volonté ; et l'inverse est vrai aussi : qui prêche l'évangile de la bonne volonté, enseigne la Théosophie.

La fonction des théosophes est d'ouvrir le cœur et l'entendement des hommes à la charité, à la justice et à la générosité, attributs qui appartiennent spécifiquement au règne humain et sont naturels à l'homme quand il a développé les qualités d'un être humain. La Théosophie apprend à l'homme animal  à devenir un homme humain ; quand les êtres auront appris à penser et à sentir comme les véritables êtres humains devraient sentir et penser, ils agiront alors avec humanité et tous accompliront spontanément des œuvres de charité, de justice et de générosité.

Message II

La vie d'altruisme est moins un haut idéal qu'une question de pratique. Il est donc naturel que la Théosophie trouve un refuge dans le cœur et le mental de beaucoup d'êtres et qu'elle éveille une harmonie pleine de résonances dès qu'elle frappe les oreilles de ceux qui sont prêts à écouter. Ici, donc, se trouve une partie de votre travail : lever bien haut la torche de la liberté de l'Âme, de la Vérité, afin que tous puissent la voir et recevoir les bienfaits de sa lumière.

Voilà pourquoi l'Éthique de la Théosophie est encore plus nécessaire à l'humanité que les aspects scientifiques des faits psychiques de la nature et de l'homme. […] N'allons-nous pas combattre et gagner la bataille de l'Âme luttant dans l'esprit du Soi supérieur, pour conquérir notre héritage divin ?

Mais il n'existe qu'un seul remède pratique [au dogmatisme, au matérialisme, à l’abus de pouvoirs psychiques ou Magie Noire, à ces maux] : l'étude assidue [de nous-mêmes avec l’aide de la Théosophie]. Cela paraît très simple, mais c'est extrêmement difficile, car ce remède est « L'ALTRUISME ». C'est là la note tonique de la Théosophie, et le remède à tous les maux ; c'est là ce que les vrais Fondateurs de la Société Théosophique mettent en avant comme son premier but : la FRATERNITÉ UNIVERSELLE. […] La Théosophie est essentiellement non-sectaire et le travail qui lui est consacré ouvre la porte à la Vie Intérieure. Mais nul ne peut y entrer si ce n'est l'homme lui-même, dans l'esprit de Fraternité le plus vrai et le plus élevé ; toute tentative pour y pénétrer dans un autre esprit sera vaine, ou échouera sur le seuil.

« Faites que le fruit du bon karma ne soit pas votre motif : car comme votre karma, bon ou mauvais, est un et propriété commune de toute l'Humanité, rien de bon ou de mauvais ne peut vous arriver sans qu'il soit partagé par beaucoup d'autres. C'est pourquoi votre motif, s'il est égoïste, ne pourra produire qu'un double effet, bon et mauvais, et rendra votre bonne action nulle ou bien la détournera au profit d'un autre homme. Il n'y a pas de bonheur pour celui   qui pense toujours au soi et oublie tous les autres soi ».

« L'Univers gémit sous le poids d'une telle action (karma), et rien, sinon le karma du sacrifice de soi, ne peut le soulager. Combien d'entre vous ont aidé l'humanité à porter le moindre de ses fardeaux pour que vous puissiez vous considérer comme des théosophes ? Oh ! vous, hommes de l'Occident, qui voudriez jouer aux Sauveurs de l'Humanité, avant d'être capables d'épargner même la vie d'un moustique dont le dard vous menace ! Voulez-vous participer à la Sagesse Divine et être de vrais théosophes ? Faites alors ce que font les Dieux quand ils sont incarnés. Réalisez en vous-mêmes que vous êtes le véhicule de l'humanité tout entière, considérez le genre humain comme une partie de vous-mêmes, et agissez en conséquence ».

Message III

Le seul homme qui ait absolument tort dans sa méthode est celui qui ne fait rien. Chacun peut et devrait coopérer avec tous, et tous avec chacun, dans un esprit de large et cordiale camaraderie, pour aider à la diffusion de la Théosophie et la mettre à la portée de tout homme et de toute femme de son pays.

La Théosophie est en vérité la vie, l'esprit intérieur qui fait de toute vraie réforme une réalité vitale, car la Théosophie est la Fraternité Universelle, le fondement même, comme aussi la clef de voûte de tous les mouvements visant à l'amélioration de notre condition.

Ce que j'ai dit l'an passé est aussi vrai aujourd'hui : l'Éthique de la Théosophie a plus d'importance que toutes les divulgations de lois et de faits psychiques. Ces derniers ont trait entièrement à la partie matérielle et éphémère de l'homme septuple, mais l'Éthique pénètre en profondeur pour toucher l'homme réel : l'Ego qui se réincarne. Extérieurement, nous sommes les créatures d'un seul jour ; intérieurement, nous sommes éternels. Apprenez donc bien les doctrines de Karma et de Réincarnation ; enseignez, pratiquez, promulguez le système de vie et de pensée qui seul peut sauver les races futures. Ne travaillez pas simplement pour la Société Théosophique, mais par elle pour l'Humanité.

Puisse la Théosophie devenir de plus en plus un pouvoir vivant dans la vie de chacun de nos membres.

Message IV

« Soyez Théosophes, travaillez pour la Théosophie ! »  À tous moments que la Théosophie occupe votre pensée, car seule sa réalisation pratique peut sauver le monde occidental du sentiment égoïste et anti-fraternel qui divise actuellement les races et les nations, et le libérer de cette haine de classes et de ces distinctions sociales qui sont la malédiction et le fléau des peuples soi-disant chrétiens. Seule la Théosophie peut sauver ce monde d'une chute complète dans le matérialisme de luxe où il tombera dans la décrépitude et la putréfaction comme l'ont fait toutes les civilisations. En vos mains, frères, est placé en confiance le bonheur du siècle futur ; et, si grande est la confiance, grande aussi est la responsabilité. […] [Nous devons] fortifier la Cause dont le triomphe permettra à cette Vraie Lumière, rendue encore plus éclatante et plus glorieuse par vos efforts individuels et collectifs, d'illuminer le monde et ainsi me prouver, avant que je ne m'évade de ce corps usé, que la stabilité du [Mouvement Théosophique] est assurée.

H.P. Blavatsky (1831-1891) et son œuvre

« L'un des penseurs les plus originaux et les plus pénétrants de son temps »

Helena Petrovna Blavatsky, en qui l'historien Théodore Roszak a vu « l'un des penseurs les plus originaux et les plus pénétrants de son temps », mourut le 8 mai 1891, à Londres.

Elle fut sans conteste la femme la plus extraordinaire du 19ème siècle.

En lire plus

A propos

Le présent site a pour but d’informer librement sur la philosophie fraternelle de la Théosophie, telle qu’elle a été exposée dans sa version moderne par Madame H.P. Blavatsky.
Le site s’adresse à tous et plus particulièrement au public africain. On retrouve en Afrique l’existence de cette antique philosophie dans ses cultures et ses traditions.
Le présent site et les centres théosophiques qui lui sont associés partagent l’idéal de la Déclaration et les méthodes de travail de la Loge Unie des Théosophes.

En résumé ce site a pour but :

  • Faire connaître les enseignements fondamentaux de la Théosophie originale tels qu'ils ont été transmis dans les écrits de H.P. Blavatsky, de W.Q. Judge, Robert Crosbie et tous les autres auteurs qui propagent un même idéal.
  • Montrer l’existence de la philosophie de la Théosophie dans les traditions Africaines.
  • Montrer combien la Théosophie peut nous aider à trouver des réponses à nos questions fondamentales sur le sens de la vie et de la mort, les grandes lois universelles de la vie (de karma, de réincarnation, et d'évolution, par exemple).
  • Montrer que l'idéal de la Fraternité universelle, la responsabilité de chacun, et l'Unité de la famille humaine sont les idéaux fondamentaux qu’il est important de comprendre et appliquer.
  • Permettre un lien avec les amis et les sympathisants théosophes qui sont isolés, ou éloignées. Le site s’adresse à tous ceux qui cherchent à comprendre le mystère de l’être humain, ce qu’est la vie et quel est son sens, les grandes lois d’évolution universelle, de karma et de réincarnation, la mort, l’expérience mystique.
  • Profiter du développement des nouvelles technologies digitales et autres (Internet…) pour le service des amis africain et de là rayonner dans le monde. Ne pas se sentir seul mais pouvoir se connecter aux autres chercheurs, amis de la vérité, quelle que soit son éloignement physique.

Brochure d'information sur la Théosophie et la Loge Unie des Théosophes : télécharger la brochure PDF.


« La Théosophie est la fraternité des hommes » – Gandhi.

« La Théosophie est cet océan de connaissance qui s'étend d'une rive à l'autre de l'évolution des êtres sensibles : insondable dans ses parties les plus profondes, elle donne libre cours aux plus grands esprits, tout en étant assez peu profonde sur ses bords pour ne pas accabler l'entendement d'un enfant. […] Quoique le terme Théosophie contienne par étymologie le mot « Dieu », et puisse sembler à première vue n'embrasser que la religion, ta Théosophie ne méconnaît pas la science car elle est la science des sciences ; aussi est-elle appelée la Religion-Sagesse. Car aucune science n'est complète si elle laisse de côté un seul domaine de la nature visible ou invisible et une religion qui, ne dépendant que d'une prétendue révélation, se détourne des choses et des lois qui les régissent, n'est qu'une illusion, un ennemi du progrès, un obstacle dans la marche de l'homme vers le bonheur. Embrassant à la fois la science et la religion, la Théosophie est une religion scientifique et une science religieuse.

« La Théosophie n'est ni une croyance ni un dogme formulé ou inventé par l'homme ; c'est la connaissance des lois qui gouvernent l'évolution des constituants physiques, astraux, psychiques et intellectuels de la nature et de l'homme. La religion actuelle n'est qu'une série de dogmes élaborés par les hommes et sans aucune base scientifique pour appuyer les principes éthiques qu'elle enseigne. Notre science, quant à elle, ignore encore l'invisible, et omettant de reconnaître l'existence d'une série complète de facultés intérieures de perception dans l'homme, elle se coupe du champ immense et réel d'expérimentation qui se trouve à l'intérieur des mondes visibles et tangibles. Mais la Théosophie sait que le tout est constitué par le visible et l'invisible et considérant le monde objectif, apparent, comme totalement éphémère, elle prend en compte les phénomènes naturels en les considérant aussi bien de l'extérieur que de l'intérieur. Elle est ainsi complète en elle-même et ne voit nulle part de mystère insoluble. Elle supprime le mot coïncidence de son vocabulaire et proclame le règne de la loi en toute chose et en toute circonstance.

« L'humanité croit en général que l'homme possède une âme immortelle. La Théosophie ajoute à cela que l'homme est une âme, que la nature entière est sensible, que l'immense variété des objets et des hommes n'est pas faite de simples groupements d'atomes fortuitement rassemblés et qui ainsi, sans loi, développent eux-mêmes la loi, mais que jusqu'au plus petit atome tout est âme et esprit en perpétuelle évolution sous le règne de la loi inhérente au tout. Comme les anciens, la Théosophie enseigne que le cours de l'évolution est le drame de l'âme et que la nature n'existe que pour son expérience. » - W.Q. Judge, extraits de L’Océan de Théosophie.

Les principes fondamentaux de la Théosophie sont ; « L'unité et la causalité universelles, la solidarité humaine, la loi de karma, la ré-incarnation. Ce sont là les quatre anneaux de la chaîne d'or qui devrait unir l'humanité en une seule famille, en une seule Fraternité universelle » - H.P. Blavatsky.

« Les trois objets du programme théosophique peuvent se résumer par les trois mots : Amour, Science et Vertu, et chacun est inséparable des deux autres » - H.P. Blavatsky.

« C’est par l’union étroite et fraternelle des Soi supérieurs [Âmes spirituelles] des hommes, par la croissance de la solidarité d’âme, par le développement de ce sentiment qui nous fait souffrir en pensant à la souffrance d’autrui, que pourra être inauguré le règne de l’égalité et de la justice pour tous, et que s’établira le culte de l’Amour, de la Science et de la Vertu défini dans cet admirable axiome : “Il n’y a pas de religion plus élevée que la vérité” ». -  H.P. Blavatsky, « Théosophie et Bouddhisme ».

« Chaque homme est à lui-même, d'une façon absolue, la voie, la vérité et la vie. Mais il n'est cela que lorsqu'il saisit fermement toute son individualité et que, par la force de sa volonté spirituelle éveillée, il réalise que cette individualité n'est pas lui-même, mais une chose qu'il a créée avec peine pour son propre usage, et grâce à laquelle il se propose, à mesure que sa croissance développe lentement son intelligence, d'atteindre à la vie qui transcende l'individualité. Quand il sait que c'est pour cela qu'existe sa vie séparée, merveilleuse et complexe, alors vraiment, et alors seulement, il se trouve sur la voie. » - La Lumière sur le Sentier.


 

Loge Unie des Théosophes de Douala

" La Théosophie n'est pas une religion, et aucune religion que ce soit, ne peut être la Théosophie, cependant toutes formes de religion existent à cause de la Théosophie et contiennent ses expressions.

                                                                                                                                                           The Friendly philosopher

 

  BREF RAPPEL SUR LA LOGE UNIE DES THEOSOPHES

 

SON NOM :

LOGE : Centre ouvert de rencontre et de travail (sans référence à une organisation secrète). Activités publiques, entrée libre et gratuite.

UNIE : invitant à œuvrer dans un esprit d’union – sans distinction de race, sexe, croyance, etc.

DES THÉOSOPHES : recevant l’ensemble des personnes intéressées par la Théosophie présentée par H.P. Blavatsky et son principal collaborateur William Quan Judge.

 

SON BUT

Mettre à la portée de tous, sans aucune condition d'admission, les grandes idées qui sous-tendent toute l'œuvre blavatskienne, et favoriser leur compréhension dans le sens d'une application pratique à la conduite de la vie et d'une réalisation plus vraie de la Fraternité universelle.

 

SES MÉTHODES DE TRAVAIL

L'objectif visé n'étant pas le savoir ou l'érudition mais la découverte personnelle et l'auto-éducation, la Loge ne dispense pas de cours de Théosophie. Elle invite chaque participant à mener lui-même sa recherche, et à profiter des réunions d'étude pour élargir ses points de vue, enrichir ses connaissances et contribuer aussi à l'échange des questions et réponses, pour le bénéfice de tous. Le libre accès à toutes les activités, et leur complète gratuité, sont considérés comme des conditions essentielles à cette découverte par les individus de toutes conditions. La Loge est soutenue par des contributions volontaires de ses membres et sympathisants, en temps, argent et travail.

 

Tél. : (237) 694 17 12 32   B.P. 7335 Douala-Cameroun

Archives

 site: www.theosophie-cm.org    

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Cycle d’Etude de la Théosophie par

Correspondance postale ou par e-mail (gratuit)

 Toutes les informations sur le Cycle d’Etude de la Théosophie (C.E.T.)

                              sont disponibles en vous adressant :

 

 → Soit à la Loge Unie des Théosophes de Douala :

Boîte Postale 7335 – Douala (Cameroun)

Tél. (237) 694 17 12 32

Courriel (e-mail) : theosophiecameroun@outlook.fr

 

 Soit à la Loge Unie des Théosophes de Paris : 

Secrétariat du (C.E.T.)

11 bis rue Keppler- 75116  Paris-France

Téléphone   0033 (1) 47 20 42 91

Courriel : cet@theosophie.fr