Le déplacement d'un arbre (ou d'un objet) par un Adepte

Affichages : 143

Une correspondante d’Afrique (zone sud saharienne) nous écrit : « Un de mes ancêtres avait le pouvoir de déplacer des arbres. Est-ce possible ?  Est-ce de la magie, un réel don ou autre chose… ? Que pense la théosophie sur ces phénomènes ? Quelles explications et réponses théosophiques pour m’éclairer ? Vous en remerciant par avance. AB ».

Réponse de la Théosophie : Les questions posées relèvent du pouvoir de cohésion d’un objet minéral ou d’un ou corps vivant (plante, animal, homme), et d’une manière plus globale du pouvoir de désintégration, dispersion, déplacement et remise en cohésion de cet objet ou d’un ou corps par un Adepte. Sans pouvoir répondre par l’affirmative ou la négative, voici deux citations tirées des enseignements de la Théosophie qui pourront peut-être éclairer :

La loi de cohésion : « Il y a une grande loi, la loi de cohésion, qui intervient dans de nombreux phénomènes tant en Orient qu'en Occident. Le pouvoir de cohésion est en lui-même un pouvoir distinct et non un résultat comme on le suppose. On doit donc connaître cette loi et son action si l'on veut produire certains phénomènes, dont l'auteur a été témoin, tels que le passage d'un anneau de fer à travers un autre, ou celui d'une pierre à travers un mur plein. Une autre force est donc employée que l'on ne peut appeler que la force de dispersion. La cohésion est la force dominante, car dès que la force de dispersion est retirée, celle de la cohésion replace les particules dans leur position primitive. Il s'ensuit que l'Adepte, versé dans cette grande dynamique, est capable de disperser les atomes d'un objet — à l'exclusion, toujours, du corps humain — à une telle distance les uns des autres que l'objet est rendu invisible, et les envoyer ensuite le long d'un courant formé dans l'éther à n'importe quelle distance sur terre. Au point voulu la force de dispersion est retirée, la cohésion se réaffirme alors immédiatement et l'objet réapparaît intact. Cela peut sembler fabuleux, mais la Loge et ses disciples savent bien que le fait est réel et il est certain aussi que la science l'admettra tôt ou tard. » – W.Q. Judge, Océan de Théosophie – pp. 145-6.

« Veuillez noter qu’aucun Adepte ne peut désintégrer et réassembler un organisme d’un règne au-dessus du règne végétal : le Mental Universel a commencé à se différentier en entités individuelles dans le règne animal et dans l’homme il a complété sa différentiation. Dans le règne végétal l’esprit universel encore non suffisamment différentié, informe une masse entière d’atomes ayant progressé au-delà du règne minéral inerte, et la prépare à se différentier. Il y a dans le minéral un mouvement, quasi imperceptible, de ce frissonnement de la Vie de la vie, qui produit la manifestation des formes – un développement qui atteint son plein épanouissement non pas, comme vous pourriez le penser, dans le stade de l’homme physique, mais dans le stade plus élevé des Dhyan-Chohans, ou des Esprit Planétaires, c’est-à-dire, des êtres qui furent des hommes , qui ont parcouru toute l’échelle de l’évolution, mais qui ne soient  pas encore complètement réunis, ou refondus dans Parabrham, le Principe Universel » ⸻ Extrait d’un article d’H.P. Blavatsky (pour compléments voir les notes 1 et 2 ci-dessous) :

Note 1 : “Note that no Adept even can disintegrate and reform any organism above the stage of vegetable: the Universal Manas has in the animal begun and in man completed its differentiation into individual entities: in the vegetable it is still an undifferentiated universal spirit, informing the whole mass of atoms which have progressed beyond the inert mineral stage, and preparing to differentiate. There is movement even in the mineral, but it is rather the imperceptible quiver of that Life of life, than its active manifestation in the production of form—a ramification which attains its maximum not, as you may suppose, in the stage of physical man, but in the higher one of the Dhyan Chohans, or Planetary Spirits, i.e., once human beings who have run through the scale of evolution, but are not yet re-united, or coalesced with Parabrahma, the Universal Principle.” – H.P. Blavatsky, Traduction d’un passage de l’article “Some Scientific Questions Answered” – CW, VI, pp. 125-6. – H.P. Blavatsky, “Some Scientific Questions Answered” – Publié dans l’ouvrage Collected Writings, volume VI, pp. 125-6.
Note 2 : Définition des mots dans le Glossaire Théosophique : Adepte, Mental Universel, Dhyan-chohan, Esprit Planétaire, Parabraham. 

Le respect des lois de la vie et de karma : Un Adepte (ou Maître) est l’expression de la loi de karma et n’agissent que si toutes les conditions sont réunies pour ne pas perturber la nature, ne fait rien qui ne respecte puisse :

« La croissance et l’épanouissement d'une fleur, ou d'une plante, opérés en cinq minutes au lieu de plusieurs jours et semaines, la germination et le développement forcés d'une plante, d'un animal ou d'un homme, sont des faits conservés dans les archives des Occultistes. Ce ne sont des miracles qu'en apparence : l'effet des forces productrices naturelles accélérées et mille fois intensifiées par les conditions induites selon des lois occultes connues de l'Initié. La croissance anormalement rapide est obtenue par les forces de la nature, (aveugles ou attachées à des intelligences mineures soumises au pouvoir occulte de l'homme) amenées à agir collectivement sur le développement de la chose appelée à se manifester à partir de ses éléments chaotiques. Mais pourquoi appeler un tel phénomène tantôt un miracle divin, tantôt un subterfuge de Satan, tantôt un prodige frauduleux ? » – H.P. Blavatsky « Les animaux ont-ils une âme ? », p. 36-7.

Lecture complémentaire dans l’Océan de Théosophie de W.Q. Judge, chapitres XVI et XVII, sur les phénomènes psychiques et les dangers encourus par la personne. Un Adepte initié connaît et respecte la loi de karma et pourra agir dans des cas exceptionnels (et créer un apparent miracle), alors qu’un faux magicien, sorcier ou médium générera une conséquence karmique fatale pour lui et dommageable pour l’entourage.          

↑ Remonter la page ↑