Affichages : 364

Perspectives pratiques de l'enseignement de la Théosophie

« Réalisez, en vous-mêmes, que vous êtes le véhicule de l'Humanité tout entière, considérez le genre humain comme une partie de vous-mêmes, et agissez en conséquence » – H.P. Blavatsky.

Introduction et méthodes

L'objectif visé par la Théosophie, n'est pas tant le savoir ou l'érudition mais la découverte personnelle et l'auto-éducation. Par exemple, un Centre Théosophique ne dispense pas de cours de Théosophie, mais il invite chaque participant à la réflexion, à mener lui-même sa recherche, et à profiter des conférences et des réunions d'étude.

Chacun est invité dans l’union et l’harmonie à élargir ses points de vue, enrichir ses connaissances, contribuer au progrès des autres, participer à l'échange de questions et de réponses, et apporter sa contribution à un travail altruisme, sans distinction de race, condition, sexe, ou affiliation à une organisation.

Les études et les activités sont développées sur la base de la Déclaration de la Loge Unie des Théosophes.

« Il ne convient pas de se limiter à une seule méthode. […] Chaque homme a un potentiel en lui-même, et ce n’est qu’en agissant selon les directives qui lui sont suggérées intérieurement qu’il peut développer ses propres forces. Nous ne devons ni rejeter une personne, ni interférer dans le travail de quiconque ; car notre devoir est de découvrir ce que nous pouvons faire, sans critiquer les actions d’un autre. Les lois d’action du karma jouent ici un rôle important. Quand nous tentons de juger, selon nos propres critères, la tâche qu’un compagnon s’est proposé de faire, nous entravons, pour un temps, l’avènement des bons résultats de ce travail. […] Si chacun d’entre nous accomplit strictement son devoir, nous travaillerons alors tous en harmonie ; car le devoir d’un autre est plein de dangers pour nous [allusion à la Bhagavad-Gîtâ, ch. III, v. 35]. Ainsi, si un membre propose de propager les doctrines théosophiques selon une méthode qui lui paraît sage, souhaitez-lui bon succès, même si sa manière d’agir n’est pas celle qui se serait imposée à votre propre gouverne » - Extrait de l’article de W. Q. Judge « Méthodes de travail théosophique ».

« Chaque membre s’il est zélé, sincère et désintéressé, pourrait devenir dans sa ville ou cité, un centre actif d’où rayonneraient des forces invisibles puissantes qui influenceraient en bien les habitants des environs » - Extrait de l’article de W. Q. Judge « Chaque membre un centre ».

Un Théosophe est un homme ou une femme libre et responsable. Un Centre offre un libre accès à toutes ses activités. Il n’est rien demandé à personne. La complète gratuité est considérée comme une condition essentielle.

Chaque Centre est indépendant des autres Centres Théosophiques et il est soutenu par des contributions volontaires de ses membres et sympathisants, en temps, argent et travail.

La Théosophie pratique

Lire les principales recommandations d’H.B. Blavatsky sur, « Qu'est-ce que la Théosophie pratique ? » (extraits du chapitre XII, de La Clef de la Théosophie) :

Le devoir
Les rapports du Mouvement Théosophique et les réformes
De l’abnégation
La charité
Comment aider le Mouvement Théosophique
Ce qu’un membre de doit pas faire

Déclaration

Lire la : Déclaration de la Loge Unie des Théosophes.

Conseils de lecture

Articles conseillés sur le thème de la Théosophie pratique :

  • Article de H.P. Blavatsky, « La Société Théosophique, sa mission, son avenir »
  • Article de H.P. Blavatsky, « La lutte pour l’existence »
  • Article de H.P. Blavatsky, « Notre cycle et le suivant »
  • Article de H.P. Blavatsky, « Le programme Théosophique »
  • Article de H.P. Blavatsky, « Que sont les Théosophes ? »
  • Article de W.Q. Judge, « Méthodes de travail théosophique »
  • Article de W.Q. Judge, « Chaque membre, un centre »
  • Article de W.Q. Judge, « Dogmatisme en Théosophie »
  • Article de W.Q. Judge, « Le besoin le plus urgent de notre société »
  • Article de W.Q. Judge, « Les cinq dons de la charité »
  • Article de W.Q. Judge, « Karma n’est-il que punition »
  • Article de W.Q. Judge, « Sur la peine capitale »
  • Article de W.Q. Judge, « Quelques conseils prudents »
  • Article de W.Q. Judge, « Suis-je le gardien de mon frère »
  • Article de W.Q. Judge, « La Théosophie serait-elle réservée à une élite »
  • Article de W.Q. Judge, « L’urgence d’une éducation Théosophique »
  • Article de B.P. Wadia, « L’Altruisme de la Doctrine Secrète »
  • Article de B.P. Wadia, « La loi du Sacrifice »
  • Article, « Le bonheur – Le désir opposé à la discipline »
  • Article, « L’Orient – le don de dharma »
  • Article : « Unité – étude – travail »

« Dans tous les âges, les faibles ont exigé des signes et des merveilles et, quand ceux-ci ne leur ont pas été accordés, ils ont refusé de croire. Ce ne sont pas de tels êtres qui comprendront jamais la Théosophie pure et simple. Mais il en est d'autres parmi nous qui réalisent intuitivement qu'il est d'une importance tout à fait vitale pour la Société d'admettre la pure Théosophie — la philosophie de l'explication rationnelle des choses, et non les doctrines — étant donné qu'elle seule peut fournir le flambeau nécessaire pour guider l'humanité sur son vrai sentier.

« La tendance de la civilisation moderne est une réaction dans le sens de l'animalité, en poussant au développement des qualités qui, dans la vie, mènent au succès l'homme, considéré comme un animal, dans sa lutte pour l'existence animale. La Théosophie cherche à développer dans l'homme la nature humaine en sus de l'animale, et en sacrifiant l'excès d'animalité que la vie moderne et les enseignements matérialistes ont amené à un degré qui est anormal pour l'être humain, au stade actuel de son progrès.

« L'essence de la Théosophie consiste dans l'harmonisation parfaite du divin et de l'humain dans l'homme, dans l'adaptation de ses qualités et de ses aspirations divines et dans leur triomphe sur ses passions animales ou terrestres. La bonté, l'absence de tout mauvais sentiment et de tout égoïsme, la charité, la bonne volonté envers tous les êtres, et la justice parfaite envers les autres comme envers soi-même, sont ses caractéristiques capitales. Celui qui enseigne la Théosophie, prêche l'évangile de la bonne volonté ; et l'inverse est vrai aussi : qui prêche l'évangile de la bonne volonté, enseigne la Théosophie.

« La Théosophie apprend à l'homme animal à devenir un homme humain ; quand les êtres auront appris à penser et à sentir comme les véritables êtres humains devraient sentir et penser, ils agiront alors avec humanité et tous accompliront spontanément des œuvres de charité, de justice et de générosité.

« L'Éthique de la Théosophie a plus d'importance que toutes les divulgations de lois et de faits psychiques [qui] ont trait entièrement à la partie matérielle et éphémère de l'homme septuple, mais l'Éthique pénètre en profondeur pour toucher l'homme réel : l'Ego qui se réincarne. Extérieurement, nous sommes les créatures d'un seul jour ; intérieurement, nous sommes éternels. Apprenez donc bien les doctrines de Karma et de Réincarnation…, travaillez pour l’humanité.

« Réalisez, en vous-mêmes, que vous êtes le véhicule de l'humanité tout entière, considérez le genre humain comme une partie de vous-mêmes, et agissez en conséquence » (Extraits des Cinq Messages – H.P. Blavatsky).