Les Maîtres de Sagesse

Nous connaissons tous quelques grands noms de Maître de Sagesse, ces êtres de grande stature spirituelle, philosophique ou morale comme : Confucius, Zoroastre, Lao-Tseu, Pythagore, Socrate, Platon…

On peut aussi les connaître par leurs disciples, leurs écoles et leurs écrits : la Bhagavad Gîtâ, les préceptes de Gautama le Bouddha, les Évangiles des apôtres de Jésus, ceux d'Hillel et de ses disciples, etc.

Ce fut le rôle de Madame Blavatsky de révéler au XIXe siècle l'existence de la Fraternité des Maîtres de Sagesse. Elle fut le Messager de Maîtres, et présenta au monde une partie de leur Connaissance – la sève vivifiante à l’origine de la grande spiritualité planétaire. La Théosophie affirme qu’il y a toujours eu des Maîtres de Sagesse dans toutes les régions du monde.

Les pouvoirs exercés par les Maîtres ne sont que le développement de ceux qui existent à l'état latent en chaque homme et en chaque femme. Ces pouvoirs la science officielle commence à les reconnaître.

Qui sont ces Maîtres et pourquoi les Maîtres vivent-ils à l’écart des hommes ? « Les Maîtres travailleraient à l'encontre du but qu'ils poursuivent s'ils se faisaient connaître publiquement dans la civilisation actuelle, basée presque entièrement sur l'argent, le renom, la gloire et la personnalité. Car, ainsi que l'un d'eux l'a déjà dit, cette époque "est une époque de transition" où tout système de pensée, qu'il soit scientifique, religieux, politique ou social, est en voie de transformation, et où l'intelligence de l'homme ne fait que se préparer à un changement qui permettra à la race de progresser jusqu'au point propice où les frères aînés pourront manifester leur présence réelle à nos yeux. En vérité, on peut les appeler les porteurs du flambeau de la vérité à travers les âges ; ils font des recherches sur toutes les choses et sur tous les êtres ; ils connaissent ce qu'est l'homme dans sa nature la plus intime, ainsi que ses pouvoirs, sa destinée, son état avant la naissance et les états dans lesquels il entre après la mort de son corps ; ils ont veillé sur le berceau des nations ; ils ont vu les grandes réalisations des anciens et assisté avec tristesse à la décadence de ceux qui n'avaient aucun pouvoir pour résister à la loi cyclique de la grandeur et de la décadence ; et, tandis que des cataclysmes semblaient entraîner une destruction complète de l'art, de l'architecture, de la religion et de la philosophie, les frères aînés en ont conservé les archives complètes dans des endroits où elles sont à l'abri des ravages des hommes et du temps. Des voyants exercés, appartenant à leur ordre, ont fait des observations minutieuses dans les domaines invisibles de la nature et du mental. Ils les ont enregistrées et en ont conservé les annales. » – W.Q. Judge, L’Océan de Théosophie – pp. 4 &5.

Nous sommes dans une période de transition : « C'est pourquoi les Maîtres, qui ont dévoilé quelques-unes des anciennes vérités, ont qualifié l'époque actuelle de "période de transition". La science orgueilleuse, et la religion encore plus orgueilleuse, ne l'admettent pas mais pensent que nous serons toujours ce que nous sommes maintenant. Ayant foi en son instructeur, le théosophe voit partout autour de lui les signes évidents que le mental de la race est en train de changer en s'élargissant, que les temps anciens du dogmatisme sont révolus, que "l'âge de la recherche" est arrivé, que les questions se feront d'année en année plus pressantes et que les réponses devront satisfaire le mental au fur et à mesure de son développement. Il en sera ainsi jusqu'au jour où tout dogmatisme ayant enfin disparu la race sera prête à faire face à tous les problèmes, chaque homme pour lui-même, et chacun travaillant pour le bien de l'ensemble, et ceci se terminera par la réussite complète de ceux qui luttent pour dominer la brute. Voilà pourquoi les anciennes doctrines sont répandues à nouveau ; la Théosophie demande à chacun de réfléchir s'il doit céder à sa nature animale inférieure, ou bien lever les yeux vers le Dieu intérieur et être guidé par lui. » – W.Q. Judge, L’Océan de Théosophie – p. 54.

Qu’est-ce que l’homme ?  « Les Maîtres de Sagesse considèrent que l'être humain est le produit le plus élevé de tout le système de l'évolution et qu'il reflète en lui chaque force de la nature, de la plus merveilleuse à la plus terrible ; c'est par le fait même qu'il est un tel miroir qu'il est un homme. – W.Q. Judge, L’Océan de Théosophie – p 145.

Les dangers des pouvoirs psychiques : « Tenter d'acquérir l'usage des pouvoirs psychiques par simple curiosité, ou pour des fins égoïstes, est également dangereux, et pour les mêmes raisons que dans le cas de la médiumnité. Étant donné que la civilisation actuelle est égoïste au plus haut degré et basée sur l'aspect personnel, les règles pour développer ces pouvoirs de la bonne façon n'ont pas été données ; mais les Maîtres de Sagesse ont dit que la philosophie et l'éthique doivent d'abord être apprises et mises en pratique, avant de se permettre de développer ce qui appartient à l'autre domaine. La réprobation des Maîtres concernant le développement en série des médiums est justifiée par l'histoire du spiritisme, qui n'est qu'un long récit de la ruine des médiums à tous les points de vue. » – W.Q. Judge, L’Océan de Théosophie – p 163.

Malheureusement, les enseignements les plus purs ont été progressivement ternis par les hommes qui les reçoivent, et nous voyons de nos jours, circuler sur les Maîtres de la Vie Spirituelle, comme sur leur véritable enseignement, les idées les plus fantaisistes et les plus erronées.

Le Maîtres de Compassion (Extrait de La Voix du Silence)

« Volontairement condamné à vivre à travers les Kalpa (*) futurs, loin des regards et de la reconnaissance des hommes, assujetti comme une pierre entre les autres pierres sans nombre qui forment le « Mur Gardien » (**), tel est ton avenir si tu passes la septième Porte. Construit par les mains de nombreux Maîtres de Compassion, érigé par leurs tortures, par leur sang cimenté, ce mur abrite le genre humain depuis que l'homme est homme et le protège contre des misères et douleurs potentielles encore plus grandes. »
« (*) Les cycles des âges.
« (**) À propos de ce « Mur Gardien », ou « Mur de Protection », il est enseigné que les efforts accumulés par de longues générations de Yogis, de Saints et d'Adeptes, surtout de Nirmânakâya, ont, pour ainsi dire, créé un mur protecteur autour du genre humain, mur invisible qui abrite l'humanité souffrante de calamités encore plus terribles. »

Lectures complémentaires

Les Maîtres de Sagesse

Trois grandes idées (article de W.Q. Judge)
Les Maîtres de Sagesse
Vers une réelle fraternité
La Fraternité est un fait dans la Nature (article de W.Q. Judge)
Les Adeptes – Quelques objections et leurs réponses (article de W.Q. Judge)
« Vôtre jusqu’à la mort et au-delà. H.P.B. » (article de W.Q. Judge)
Donnez-nous un fait (article de W.Q. Judge)
Preuves de l’existence des Adeptes (article d W.Q. Judge)
Les Adeptes (article de W.Q. Judge)
De la Fraternité (article d’H.P. Blavatsky)
Des grands Instructeurs (article de W.Q. Judge)

Le Sentier spirituel

La recherche du Maître (article de B.P. Wadia)
Chélas [disciples] et chélas laïques (article d’H.P. Blavatsky)
Sommes-nous abandonnés ? (article de W.Q. Judge)
Le journal d’un chéla hindou (article de Damodar)
La confiance en soi (article de B.P. Wadia)
Que signifie l’impersonnalité (article R. Crosbie)
Qu’est-ce que l’homme ? (article de B.P. Wadia)
Le désir de devenir un chéla [disciple] (W.Q. Judge)

↑ Remonter la page ↑